Soutenance de thèse Ola Dolinska

Jeudi 10 novembre à 13 h 00 - salle K 105 au CIRAD Baillarguet

Titre de la thèse :

L’accompagnement des processus d’innovation agricole endogène au Sud : Quelles conditions pour son effectivité et efficacité ? Le cas d’un périmètre irrigué en Tunisie.

Résumé :                                                                                                                   

Les agriculteurs africains sont sous la pression d’innover. Dans le domaine de l’innovation agricole l’insatisfaction croissante avec le modèle linéaire de transfert de l’innovation technologique dans lequel l’innovation était conçue par les chercheurs, disséminée par les vulgarisateurs puis adoptée – ou non – par les agriculteurs a incité la recherche des modèles alternatifs au model linéaire. La reconnaissance des sources d’innovation hors du monde de la recherche, l’intérêt croissant au rôle des agriculteurs et leur expertise dans le processus d’innovation et la conceptualisation de l’innovation comme combinaison des plusieurs dimensions (et non seulement une nouvelle technologie) ont influencé la façon dont les académiques étudient les processus d’innovation. Dans cette thèse nous utilisons l’approche de systèmes d’innovation dans laquelle l’innovation émerge dans un système complexe des acteurs hétérogènes comme le résultat de l’apprentissage social qui a lieu pendant leurs interactions. Ce changement d’approche change la position des agriculteurs qui sont désormais reconnus comme une source d’innovation au même titre que les autres acteurs. Mais dans l’opérationnalisation de l’approche, les plateformes d’innovation, est-ce vraiment le cas ? Nous nous intéressant aux agriculteurs, d’une part comme acteurs clé pour la sécurité alimentaire et d’autre part comme les usagers finaux de l’innovation agricole, ceux qui la mettent en pratique. Ainsi l’analyse des effets de différents types d’interactions, des processus d’apprentissage et des jeux de pouvoir sur la position des agriculteurs dans le processus d’innovation est centrale pour cette thèse. A la base de l’analyse dans la zone d’étude – un périmètre irrigué El Brahmi au nord-ouest de la Tunisie - nous avons construit un outil visant à mobiliser la capacité d’innovation des agriculteurs locaux. La méthodologie proposée contient des éléments de la modélisation d’accompagnement, et notamment s’appuie sur le principe de « self-design ». Nous avons proposé un jeu de rôle que les joueurs co-construisent en le jouant. Ils développent, discutent, négocient et testent des solutions innovantes pour atteindre les objectifs qu’ils définissent eux-mêmes. Ainsi ils mobilisent leurs connaissances locales et deviennent les co-auteurs de leur propre apprentissage et de la méthode d’appui à leur processus d’innovation.

Mots clés :

systèmes d’innovation, innovation endogène, méthodes participatives, co-construction des connaissances, modélisation d’accompagnement, communauté de pratique

Composition du jury :

M. Michael HAUSER, Directeur de recherche, University of Natural Resources and Life Sciences in Vienna, Centre for Development Research - Rapporteur
Mme Yuna CHIFFOLEAU, Chargée de recherche, UMR INNOVATION INRA - Rapporteuse
Mme  Nathalie GIRARD, Directrice de recherche, UMR AGIRS INRA - Examinatrice
M. Ludovic TEMPLE, Directeur de recherche, UMR INNOVATION CIRAD - Examinateur
M. Patrick D’AQUINO, Directeur de recherche, UPR GREEN CIRAD - Directeur de thèse
M. Jean-Emmanuel ROUGIER, Ingénieur, LISODE - Co-Encadrant

Publiée : 09/11/2016

Cookies de suivi acceptés